UN TOIT DE STADE MONUMENTAL

Bâtiment
Stades de Bienne, Biel-Bienne
Usage
stade de football, hockey sur glace et curling, centre commercial
Architecture
ATS Architekten Team, Bienne
Élément de construction
toit plat (structure porteuse en bac acier)
Surface
27'000 m²
Maître d’ouvrage
ville de Bienne, HRS Real Estate AG représentée Kumaro Delta AG
Réalisation
Tecton Abdichtungen AG, Niederbipp
Durée des travaux
août – octobre 2014
Fournisseur
Soprema AG, Spreitenbach
Produits
SOPRAVAP Stick VA ts, EPS laine de roche, Flagon EP/PV 180 (avec éléments)
Download
Télécharger le PDF

En ce moment ont lieu les travaux de finition de la «Tissot-Arena» de Bienne, le plus grand complexesportif multifonctionnel de Suisse. Le stade se distingue tout particulièrement par son toit de 27‘000 mètres carrés, recouvert de matériaux Soprema.

Lors du coup d’envoi du premier match du FC Bienne en automne dans la nouvelle Tissot Arena, c‘est bien plus qu’un simple stade de football de 5‘200 spectateurs qui sera inauguré dans la ville. Sous le même toit, on trouve aussi un stade de hockey sur glace qui peut accueillir 7‘000 spectateurs, une halle de curling ainsi qu’un centre commercial et une grande place publique. Les dimensions du plus grand complexe sportif multifonctionnel de Suisse, encore en voie d’achèvement, sont également impressionnantes: long de 352 mètres et large de 103 mètres, il a coûté près de 200 millions de francs. Le nouveau complexe a été construit pour remplacer les installations sportives vieillissantes de la ville de Bienne: la tribune vétuste du stade de football de la Gurzelen, où le FC Bienne joue encore aujourd’hui, et la patinoire du HC Bienne qui arrive en fin de vie. De plus, les deux installations se trouvent au coeur de quartiers résidentiels, ce qui a toujours créé quelques problèmes.

Ville et investisseurs privés
Certaines études menées dans la ville ont révélé qu’il serait plus intelligent de reconstruire les deux installations à un autre endroit et d’utiliser les terrains libérés des anciens complexes à d’autres fins. C’est ainsi qu’est née l’idée de construire un nouveau stade polyvalent dans le Bözingenfeld, au nordest de la ville. Sa réalisation a connu des débuts épineux. Le premier investisseur s’est ravisé, laissant la ville incapable de subventionner seule les travaux. Finalement, un projet de partenariat public-privé a réussi à voir le jour et a permis à l’entreprise générale HRS de Frauenfeld, à l’entreprise Kumaro Delta AG de Wollerau en tant qu‘investisseur et à la ville de Bienne de travailler ensemble. «Pour Bienne, le nouveau complexe est un grand pas en avant» s’est réjoui le maire Erich Fehr à l’occasion du lancement des travaux en décembre 2012.

Un toit, de nombreuses exigences
Le nouveau stade se distingue tout particulièrement par son immense toit de 27‘000 mètres carrés. Question esthétique, tous les éléments du bâtiment s’y rejoignent: la partie sudouest du complexe abrite le stade de football, prolongé par une grande place publique (couverte elle aussi), sous laquelle se trouve le centre commercial. La partie nord-est s’achève sur la patinoire de hockey et la halle de curling. La structure porteuse du toit est constituée d’une immense charpente en acier avec des portées allant jusqu’à 70 mètres, couverte de tôle à structure trapézoïdale. Le matériau de toiture devait répondre à des exigences élevées: d’une part en raison de l’immense surface qui se déforme sous l’effet du froid et de la chaleur, d’autre part pour pouvoir s’adapter aux diverses utilisations. Ainsi, le toit des tribunes de football doit être équipé d’une protection acoustique afin d’atténuer le bruit de la pluie. En revanche, aucune condensation ne doit pouvoir se former suite aux variations de température au-dessus des patinoires, sinon les joueurs et les spectateurs risqueraient de recevoir des gouttes.

Le choix du maître d’ouvrage s’est finalement porté sur les produits de la gamme synthétique Flagon de Soprema. Ceux-ci ne se sont pas contentés de répondre aux exigences précises des différents toits, ils ont également marqué des points par ailleurs: «Grâce à sa pose monocouche, le système d‘étanchéité synthétique FLAG est plus léger et sa mise en oeuvre est plus rapide que celle des matériaux à base de bitume». Deux critères décisifs pour la Tissot-Arena:d’une part, les délais de fabrication de l’ensemble des 27‘000 mètres carrés de surface de toit ne s’élevaient qu’à deux mois. D’autre part, au vu des immenses portées, le poids jouait aussi un rôle important.

Un planning serré
La construction des couches varie en fonction de leur utilisation: sur les tribunes du stade de football, on retrouve une couche de laine de roche Sopratherm de 60 mm d’épaisseur et, au-dessus, une membrane d’étanchéité Flagon, un élément drainant et une couche de substrat. En revanche, sur la patinoire, la structure se compose d‘un platelage, d’un parevapeur et d’un
isolant thermique Sopratherm EPS d‘épaisseur 160mm, sur lesquels sont posés la membrane d‘étanchéité Flagon, un élément drainant et une couche de substrat. Les travaux ont été effectués par l‘entreprise d‘étanchéité TECTON de Niederbipp. Celle-ci a fait appel à vingt employés afin de pouvoir réaliser l’immense volume de construction en respectant les délais
serrés. «Ce stade est l’une de nos plus grandes réalisations à ce jour», indique le chef de chantier Jürg Gilomen. La logistique aussi s’est avérée complexe et a dû être minutieusement adaptée au planning de l’ensemble du projet. Un maximum de douze camions qui livraient les matériaux chaque semaine devaient arriver à la minute près afin de pouvoir être déchargés à temps par la grue et de ne pas paralyser les travaux. Grâce à une bonne planification, tout s’est déroulé sans problème et les travaux de toiture ont pu être achevés à temps avant l’hiver.

« Retour